giovedì 22 febbraio 2024

QUAND DIEU PROMET ...

...IL TIENT PAROLE


-         


par Jeorge Enrique Mùjica*

Au début de ce Carême 2024, nous voulons vous exprimer notre volonté d’être vos compagnons de route tout au long de cette période liturgique. En réalité, il s’agit de suivre la méthode de Jésus qui se place à nos côtés, au milieu de nos vies, et qui ainsi, souvent silencieusement, nous communique sa proximité par son « être là ».

Les premières communautés chrétiennes ont vu dans le jeûne une forme de préparation ascétique : si Pâques était associée à la fête, il fallait y joindre quelque chose de propre, de différent et de conforme à la période précédente.

 L’Écriture Sainte a fourni un cadre de 40 jours, notamment grâce à la référence au jeûne faite par Jésus lorsqu’il s’est retiré dans le désert (Mt 4,1).

Entre le VIe et le VIIe siècle, le jeûne est devenu un élément caractéristique du Carême. Toutefois, la question de savoir quels jours entrent dans la période du Carême et lesquels n’y entrent pas s’est ensuite posée.

La question n’était pas sans importance : était-il possible de jeûner le dimanche ? Le Jeudi, le Vendredi et le Samedi saints faisaient-ils également partie du Carême ? C’est ainsi qu’au fil du temps, l’Église elle-même a institutionnalisé la période, en établissant des lignes directrices pour mieux l’identifier.

La réforme liturgique du concile Vatican II a établi, par exemple, qu’à partir de la neuvième heure de l’office divin, le Jeudi saint, cette période n’est plus le Carême. Les dimanches de cette période ne font pas non plus partie du Carême.

L’Évangile que l’Église nous propose pour le mercredi des Cendres 2024 est celui de Matthieu 6, 1-6.16-18. Jésus dit à ses disciples (et à travers eux à chacun de nous qui sommes aussi des disciples) de ne pas faire les œuvres de piété pour que les gens nous voient.

L’Évangile cité ci-dessus nous indique quelles sont ces œuvres de piété : l’aumône, la prière et le jeûne. Nous trouvons donc deux réalités supplémentaires qui, au fil du temps, se sont ajoutées à ce qui était initialement associé à l’origine historique du Carême : l’aumône et la prière.

Les trois commandements, à savoir ne pas faire l’aumône pour être loué par les hommes, ne pas prier pour être vu par les gens et ne pas jeûner avec un visage triste ou en négligeant son apparence pour être remarqué, sont accompagnés d’une phrase de Jésus répétée trois fois : « votre Père qui voit dans le secret vous récompensera ».

Derrière l’affirmation de Jésus, il y a non seulement le fait de la récompense, mais aussi le fait que Dieu nous voit. C’est une vérité que l’on oublie parfois : il nous voit toujours, même si nous ne nous en rendons pas compte.

Il s’agit d’un regard qui n’est pas invasif et qui prête attention non seulement aux grandes réalisations et aux succès, mais surtout au bien que nous faisons et que seuls Lui et nous-mêmes connaissons.

Il s’agit de la valeur que Dieu donne à ce qui est petit et caché aux yeux du monde, mais qui est en réalité grand et visible à ses yeux. N’est-ce pas précisément ce qui caractérise notre vie : de petites actions dans l’anonymat de la vie quotidienne ? Combien de fois ce bien n’est-il pas passé inaperçu aux yeux de Dieu ! Combien de fois Dieu a-t-il mieux valorisé ce que parfois même nous ne valorisons pas toujours ou pas du tout ! Qu’en plus du bien qu’Il voit, une récompense y est associée, n’est que bonheur.

Il l’a promis, et quand Dieu promet, Il tient parole. Nous pouvons commencer ce voyage de Carême avec une vérité dans notre esprit et dans notre cœur : Dieu me voit. Cela peut se traduire dans la vie quotidienne par une plus grande manifestation de la présence de Dieu dans nos vies. Car là où le regard de Dieu se pose, il est là dans sa totalité.

 Et ce regard devenu présence présence ne change pas seulement la façon dont nous traitons les autres, mais aussi la façon dont nous nous traitons nous-mêmes : par le simple fait que nous nous rendons compte que nous ne sommes pas seuls.

JORGE ENRIQUE MÚJICA
-----------------------------------------------------------------------------------------------

*P. Jorge Enrique Mújica est Diplômé en philosophie de l’Athénée pontifical Regina Apostolorum à Rome,

Le P. Jorge Enrique Mújica, LC, est un collaborateur « chevronné » de la presse écrite et numérique sur les questions de religion et de communication. Sur son compte Twitter : https://twitter.com/web_pastor, il aborde les questions de Dieu et de l'internet et de l'Église et des médias : «Evangelidigitalisation».

Source : Zenit

https://fr.zenit.org/2024/02/20/quand-dieu-promet-il-tient-parole/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=le-pape-et-la-curie-romaine-sont-en-retraite-spirituelle-7-titres-mardi-20-fevrier-2024_655

.....................................................................................................................................................................


P. Albert KabugeComme membres de l’UMEC-WUCT, nous pouvons méditer avec ce texte du P. Jorge Enrique, ce texte nous sert pour accompagner nos élèves, nos étudiants et toutes les personnes qui sont proches de nous et vivons un Carême de Mobilité Missionnaire.



mercoledì 21 febbraio 2024

SOCIAL JUSTICE

 


World Day of Social Justice:

 Why are we here if not to serve humanity?


On World Day of Social Justice, the CIDSE Secretary General reminds us that every decision we take and every new policy that is implemented have an impact on the lives and livelihoods of others, and that the crises we face today are interconnected.

-By Francesca Merlo

 Social Justice means equality and dignity for all. It means a system is put in place not only to protect but to aid choices people make, as well as to create an environment that keeps them safe and helps them flourish.

 World Day of Social Justice is celebrated annually on 20 February and its observance aims to do just that: to remind us, each year, of the need to build fairer, more equitable societies.

 A multiple crisis

Today, the main challenge we are facing within this realm, according to Josianne Gauthier, Secretary General of CIDSE, is that “we are speaking of a pluri-crisis”.

 On the frontline in the battle for social justice, CIDSE is an international family of Catholic social justice organisations working together for social justice, and Ms Gauthier explains that “we've gone from seeing that multiple crises we dealt with in the past are deeply interconnected.

 "Whether it's climate disruption, extreme poverty, violence, war and conflict over resources, gender, social and racial inequality," she says, adding they are all triggered by "power imbalances and a culture of waste, we're now recognizing that they are just one interconnected crisis of relationships between humans and between humans and the rest of creation”.

 Pope Francis' appeals

“Culture of waste” as Ms Gauthier notes, is a concept used often by Pope Francis, who has dedicated much of his pontificate to fighting the global indifference that causes injustices. In particular, Pope Francis continuously appeals for the protection of our common home that is threatened by climate change, for the protection and welcome of migrants and refugees, and he warns against what he describes as “the globalization of indifference” calling on richer countries to take concrete action to help the poor.

 Speaking of migration Ms Gauthier notes that when people are forced to leave their home country, because it’s uninhabitable and offers them no future, “we're facing a crisis of our own morality”.

 “How can we allow for other human beings to flee their homes due to our own political and economic choices that are impacting them and then turn them away when they cross the border and are in need of our solidarity?” she asks.

 "It's only a matter of justice!"

 An "opportunity"

Ms Gauthier invites everyone to see World Day of Social Justice as a unique opportunity to “take a pause and reflect on how we treat each other, how we can build more just relationships with each other and with life on this planet, which is our common home”.

 Pope Francis' call for social justice and human rights, according to Ms Gauthier, is “extremely relevant”, and it “should be the most important and resounding message for policymakers right now”.  She says she believes that policies must always be linked and rooted in how they affect people's lives, all of our lives, on a daily basis, because, she adds, “what else are we here for if it's not to serve humanity and make it a welcoming and just home for all?”

 Finally, Ms Gauthier reminds us that “it is not a game” and that working together, thinking of everyone, is a common and collective responsibility, which “Pope Francis does not tire of reminding us of”.

 Vatican News

 

JOURNEE DE LA LANGUE MATERNELLE - fr-en-es

 

L’éducation
multilingue est un pilier de l’apprentissage intergénérationnel

Les sociétés multilingues et multiculturelles prospèrent grâce à la préservation de leurs langues, qui servent de vecteurs aux connaissances traditionnelles et à l'héritage culturel. Cependant, la diversité linguistique est de plus en plus menacée à mesure que des langues disparaissent. Aujourd'hui, 40 % de la population mondiale n'a pas accès à l'éducation dans sa langue maternelle, un chiffre qui dépasse les 90 % dans certaines régions. Les études soulignent les avantages de l'utilisation de la langue maternelle dans l'enseignement, car elle favorise de meilleurs résultats d'apprentissage, l'estime de soi et l'esprit critique. Cette approche favorise également l'apprentissage intergénérationnel et la préservation de la culture.

 La Journée internationale de la langue maternelle, proclamée pour la première fois par l'UNESCO puis adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies, souligne le rôle des langues dans la promotion de l'inclusion et la réalisation des objectifs de développement durable. Les politiques d'éducation multilingue, mises en avant grâce au thème 2024 « L’éducation multilingue est un pilier de l’apprentissage intergénérationnel », sont cruciales pour l'éducation inclusive et la préservation des langues autochtones. En commençant l'éducation dans la langue maternelle de l'apprenant et en introduisant progressivement d'autres langues, les obstacles entre la maison et l'école sont surmontés, ce qui facilite un apprentissage efficace.

L'éducation multilingue favorise non seulement des sociétés inclusives, mais contribue également à la préservation des langues non dominantes, minoritaires et autochtones. Elle est la pierre angulaire d'un accès équitable à l'éducation et à des possibilités d'apprentissage tout au long de la vie pour tous les individus.

 

Multilingual education – a pillar of learning and intergenerational learning

Multilingual and multicultural societies thrive through the preservation of their languages, which serve as conduits for traditional knowledge and cultural heritage. However, linguistic diversity faces increasing threats as more languages vanish. Currently, 40% of the global population lacks access to education in their native language, a figure that exceeds 90% in certain regions. Research underscores the benefits of using learners' native languages in education, fostering better learning outcomes, self-esteem, and critical thinking skills. This approach also supports intergenerational learning and cultural preservation.

 International Mother Language Day, first proclaimed by UNESCO and later adopted by the UN General Assembly, underscores the role of languages in promoting inclusion and achieving Sustainable Development Goals. Multilingual education policies, highlighted in the 2024 theme “Multilingual education – a pillar of learning and intergenerational learning”, are crucial for inclusive education and the preservation of indigenous languages. By starting education in the learner's mother tongue and gradually introducing other languages, barriers between home and school are bridged, facilitating effective learning.

Multilingual education not only promotes inclusive societies but also aids in preserving non-dominant, minority, and indigenous languages. It is a cornerstone for achieving equitable access to education and lifelong learning opportunities for all individuals.

 

Educación multilingüe: un pilar del aprendizaje intergeneracional

Las sociedades multilingües y multiculturales existen a través de sus lenguas, que transmiten y preservan los conocimientos y las culturas tradicionales de manera sostenible. Sin embargo, la diversidad lingüística se enfrenta a cada vez más amenazas por la desaparición de un mayor número de lenguas. En la actualidad, el 40% de la población mundial carece de acceso a la educación en su lengua materna, cifra que supera el 90% en determinadas regiones. Los estudios destacan los beneficios de utilizar las lenguas maternas de los alumnos en la educación, ya que fomentan mejores resultados de aprendizaje, la autoestima y la capacidad de pensamiento crítico. Este enfoque también favorece el aprendizaje intergeneracional y la preservación cultural.

 El Día Internacional de la Lengua Materna, proclamado por primera vez por la UNESCO y adoptado posteriormente por la Asamblea General de las Naciones Unidas, subraya el papel de las lenguas en la promoción de la inclusión y la consecución de los Objetivos de Desarrollo Sostenible.

 El tema de este 2024 se centra en las políticas de educación plurilingüe: "Educación multilingüe: un pilar del aprendizaje intergeneracional", como herramienta crucial para una educación inclusiva y la preservación de las lenguas indígenas. Los estudiantes al iniciarse la educación en su lengua materna e introducir gradualmente otras lenguas, pueden eliminar eliminan las barreras entre el hogar y la escuela, lo que facilita un aprendizaje eficaz.

La educación multilingüe no solo promueve sociedades inclusivas, sino que también ayuda a preservar las lenguas no dominantes, minoritarias e indígenas. Es una piedra angular para lograr un acceso equitativo a la educación y oportunidades de aprendizaje permanente para todas las personas.

UNESCO

 

 

mercoledì 14 febbraio 2024

CAREME. PRENDRE LE CHEMIN

 


Le Carême, 

avec et pour la famille


Message de

 Monseigneur Dollmann

 

 

Se laisser entraîner par la foi des catéchumènes

Durant le Carême, nous nous entraînons à fortifier notre foi en Dieu et notre fidélité à ses commandements. Nous sommes encouragés par les catéchumènes appelés à recevoir les sacrements du baptême, de la confirmation et de l’eucharistie à Pâques.

 Prendre soin de la famille

Le Pape François, dans son Message de Carême, parle de l’urgence à « voir la réalité » et indique les « frères et sœurs opprimés à travers le monde ».  Dans les pays occidentaux, il nous faut nommer à côté des pauvres et des migrants, les familles. Malmenées par des idéologies individualistes et antinatalistes, elles constituent pourtant la cellule de base de la société et de l’Eglise. Avant toute autre institution, elles renforcent le lien intergénérationnel et favorisent un climat de paix et de respect. Elles sont l’école irremplaçable de la vie, celle qui apprend à attendre dans la joie la naissance d’un enfant que la maman porte en son sein, celle qui accompagne avec fidélité chaque membre, particulièrement les plus fragiles jusqu’au dernier souffle.

 Avec la famille, s’arrêter en prière

Le Saint-Père renvoyant à l’effort de redécouverte de la « forme synodale de l’Église », invite à décider communautairement d’attitudes et de gestes de conversion. Les familles constituent un lieu privilégié. Il s’agit d’abord selon l’expression du Pape de « s’arrêter en prière ». En ce temps de Carême, celle-ci se caractérise par l’écoute de la Parole de Dieu qui nous est transmise à travers la Bible et la vie des saints. Les familles qui arriveront à faire ce choix et à dégager du temps pour la prière goûteront à la joie de la liberté par rapport aux réseaux sociaux et à la sérénité dans les relations interpersonnelles. Cette fidélité à la prière en famille, même très courte et simple, est un soutien précieux pour toute l’Eglise dans son combat contre les forces du mal et dans sa mission au service de l’Evangile de la vie.

 Avec la famille, s’arrêter en présence du frère blessé

La prière et le service du frère sont étroitement liés : « En présence de Dieu, nous devenons des frères et des sœurs, nous percevons les autres avec une intensité nouvelle », écrit le Pape. Et il indique des pistes concrètes de conversion : « Les habitudes d’achat, le soin de la création, l’inclusion de celui qui n’est pas visible ou de celui qui est méprisé ». Certaines familles ont pris des décisions courageuses dans l’accueil de jeunes orphelins ou migrants, d’autres dans un style de vie plus sobre, d’autres encore font des choix plus humbles, mais toutes contribuent à renforcer les liens d’entraide et de respect dans le monde et à y faire advenir le Royaume de Dieu.

 Un Carême sous le regard de Marie, Mère des vivants

Ce Carême, plus particulièrement avec et pour la famille, peut s’appuyer sur la prière à la Vierge Marie que saint Jean-Paul II a proposée en conclusion de son encyclique sur la valeur et l’inviolabilité de la vie humaine (Encyclique Evangelium Vitae, 25 mars 1995) :

 

O Marie,
aurore du monde nouveau,
Mère des vivants,
nous te confions la cause de la vie :
regarde, ô Mère, le nombre immense
des enfants que l'on empêche de naître,
des pauvres pour qui la vie est rendue difficile,
des hommes et des femmes
victimes d'une violence inhumaine,
des vieillards et des malades tués
par l'indifférence
ou par une pitié fallacieuse.
Fais que ceux qui croient en ton Fils
sachent annoncer aux hommes de notre temps
avec fermeté et avec amour
l'Evangile de la vie.
Obtiens-leur la grâce de l'accueillir
comme un don toujours nouveau,
la joie de le célébrer avec reconnaissance
dans toute leur existence
et le courage d'en témoigner
avec une ténacité active, afin de construire,
avec tous les hommes de bonne volonté,
la civilisation de la vérité et de l'amour,
à la louange et à la gloire de Dieu
Créateur qui aime la vie.



 X Vincent DOLLMANN  

Archevêque de Cambrai - A.E. UMEC-WUCT





 

 

mercoledì 7 febbraio 2024

SER MAIS


SER MAIS

L’ARTE DEL PRENDERSI CURA

L'ART DE PRENDRE SOIN

THE ART OF TAKING CARE

EL ARTE DE CUIDAR

It – fr – en - es

-          Italo Fiorin

-           

Il presidente della Repubblica Italiana,  Mattarella, a Trento, nominata città capitale europea del volontariato, ha detto: « Il volontariato esprime una visione del mondo. Quella della indivisibilità della condizione umana. Il famoso I care, mi riguarda, fatto proprio da don Milani e da Martin Luther King. Una visione che pone in primo piano la persona, l’integralità della sua vita, il suo pieno diritto a essere parte attiva della comunità».

L’Italia vanta una presenza larga, diffusa, di un volontariato silenzioso e concreto, persone di ogni età e condizione sociale che si prendono cura degli altri, dell’ambiente, delle istituzioni. E’ questa la grande risorsa del nostro Paese, senza la quale saremmo più poveri, soprattutto di umanità.

Chi è il ‘volontario’? Chi fa qualcosa di buono per gli altri non perché obbligato, lo fa gratuitamente, trovando la ricompensa in quello che fa. Potremmo dire, paradossalmente, che il volontario si prende cura, prima di tutto, di se stesso, non in termini utilitaristici o narcisistici, non per ambizione, non per calcolo o per tornaconto, non per avere, ma per essere di più (ser mais, diceva P. Freire).

Se il volontariato e’ un atto di libera scelta, e’ però un bene prezioso che va coltivato. E si comincia da subito, con i bambini in famiglia, con gli studenti a scuola. Non esiste una materia scolastica chiamata ‘cultura della cura’, ma questo è l’insegnamento più importante, che non richiede risorse, non è certificato dai voti, ma fa la differenza.

E, come ricorda sempre il Presidente Mattarella: «la “cultura della cura” deve tradursi anche in “cura della Repubblica” e “cura dell’Europa”. La solidarietà genera speranza. E solidarietà e speranza sono strettamente connesse con l’idea di pace, gravemente tradita. Le azioni dei volontari ci parlano di pace. Il mondo si cambia anche partendo dai piccoli passi che riempiono il nostro quotidiano.

La cura non è fatta da eventi eccezionali, ma dal quotidiano e genroso impegno.  È, questa, una responsabilità che riguarda ciascuno ».

 

L'ART DE PRENDRE SOIN

Le Président de la République Italienne, Mattarella, à Trente, capitale européenne du volontariat, a déclaré : « Le volontariat exprime une vision du monde. Celle de l'indivisibilité de la condition humaine. Le célèbre « I Care, Je suis engagé »  a été écrit par Don Milani et Martin Luther King. Une vision qui met au premier plan la personne, l'intégralité de sa vie, son plein droit à participer activement à la communauté.

L'Italie peut se vanter d'avoir une présence importante et répandue d’un volontariat silencieux et concret, de personnes de tous âges et de toutes conditions sociales qui ont le souci des autres, de l'environnement, des institutions. C’est la grande ressource de notre pays, sans laquelle nous serions plus pauvres, notamment sur le plan humain.

Qui est le « volontaire » ? C’est chaque personne qui fait quelque chose de bien pour les autres, sans obligation, qui le fait gratuitement et trouve la récompense dans ce qu'il fait. On pourrait dire, paradoxalement, que le volontaire prend soin avant tout de lui-même, pas en termes utilitaires ou narcissiques, pas par ambition, pas par calcul ou profit, pas pour posséder, mais pour être plus ( « ser mais » , dit P. Freire).

Si le volontariat est un acte de libre choix, il constitue cependant un atout précieux qu'il convient de cultiver. Et cela commence immédiatement, avec les enfants de la famille, avec les élèves de l'école.

Il n'existe pas de matière scolaire appelée « culture du soin » , mais c'est l'enseignement le plus important, qui ne nécessite pas de ressources et n'est pas certifié par des notes,  qui fait la différence.

Et comme nous le rappelle toujours le Président Mattarella : « la culture du soin » doit aussi se traduire par « soin de la République » et « soin de l'Europe ». La solidarité génère l'espoir. Et la solidarité et l’espoir sont étroitement liés à l’idée de paix, qui a été gravement trahie. Les actions des bénévoles nous parlent de paix. Le monde change grâce aux petits pas qui remplissent notre vie quotidienne.

Le bénévolat ne se fait pas par des événements exceptionnels, mais par un engagement quotidien et généreux. Voilà une responsabilité qui concerne tout le monde."

 

THE ART OF TAKING CARE

The President of the Italian Republic, Mattarella, in Trento, named the European capital of volunteering, said: « Volunteering expresses a vision of the world. That of the indivisibility of the human condition. The famous I care, it concerns me , written by Don Milani and Martin Luther King. A vision that places the person in the foreground, the integrality of their life, their full right to be an active part of the community."

Italy boasts a large, widespread presence of silent and concrete volunteering, people of all ages and social conditions who care for others, for the environment, for institutions. This is the great resource of our country, without which we would be poorer, especially in terms of humanity.

Who is the 'volunteer'? Anyone who does something good for others, not out of obligation, does it for free, finding the reward in what they do. We could say, paradoxically, that the volunteer takes care, first of all, of himself, not in utilitarian or narcissistic terms, not out of ambition, not out of calculation or profit, not to have, but to be more ( ser mais , said P. Freire).

If volunteering is an act of free choice, it is however a precious asset that must be cultivated. And it starts immediately, with the children in the family, with the students at school. There is no school subject called ' culture of care' , but this is the most important teaching, which does not require resources, is not certified by grades, but makes the difference.

And, as President Mattarella always reminds us: «the "culture of care" must also translate into "care of the Republic" and "care of Europe". Solidarity generates hope. And solidarity and hope are closely connected with the idea of peace, which has been seriously betrayed. The actions of the volunteers speak to us of peace. The world also changes starting from the small steps that fill our daily lives.

The cure is not made by exceptional events, but by daily and generous commitment. This is a responsibility that concerns everyone."

 

EL ARTE DE CUIDAR

El presidente de la República Italiana, Mattarella, en Trento, nombrada capital europea del voluntariado afirmó: «El voluntariado expresa una visión del mundo. El de la indivisibilidad de la condición humana. La famosa Me importa, me concierne, escrita por Don Milani y Martin Luther King. Una visión que pone en primer plano a la persona, la integralidad de su vida, su pleno derecho a ser parte activa de la comunidad."

Italia cuenta con una presencia numerosa y generalizada de voluntariado silencioso y concreto, personas de todas las edades y condiciones sociales que se preocupan por los demás, por el medio ambiente, por las instituciones. Este es el gran recurso de nuestro país, sin el cual seríamos más pobres, especialmente en términos de humanidad.

¿Quién es el 'voluntario'? Cualquiera que hace algo bueno por los demás, no por obligación, lo hace gratuitamente, encontrando la recompensa en lo que hace. Podríamos decir, paradójicamente, que el voluntario se preocupa, ante todo, de sí mismo, no en términos utilitarios o narcisistas, no por ambición, no por cálculo o por lucro, no por tener, sino por ser más, dijo el P. Freire).

Si bien el voluntariado es un acto de libre elección, es sin embargo un bien precioso que debe cultivarse. Y empieza inmediatamente, con los niños de la familia, con los alumnos del colegio. No existe una materia escolar llamada ' cultura del cuidado' , pero ésta es la enseñanza más importante, que no requiere recursos, no está certificada por calificaciones, pero marca la diferencia.

Y, como siempre nos recuerda el presidente Mattarella: «la "cultura del cuidado" debe traducirse también en "cuidado de la República" y "cuidado de Europa". La solidaridad genera esperanza. Y la solidaridad y la esperanza están estrechamente relacionadas con la idea de paz, que ha sido gravemente traicionada. Las acciones de los voluntarios nos hablan de paz.

El mundo también cambia a partir de los pequeños pasos que llenan nuestra vida diaria.

La cura no se hace con acontecimientos excepcionales, sino con un compromiso diario y generoso. Esta es una responsabilidad que concierne a todos".





martedì 30 gennaio 2024

UNE CULTURE DE FRATERNITE'

 Les évêques d'Afrique et d'Europe créent des ponts pour «une culture de fraternité»

«Nous assistons à une augmentation de la violence contre les chrétiens et de la misère causée par l'injustice mondiale et la mauvaise gouvernance». C’est ce qu’ont dénoncé les délégués du SCEAM et du CCEE réunis à Nairobi au Kenya. Ils ont affirmé leur engagement à construire des «ponts qui non seulement relient nos continents, mais qui nourrissent la croissance et l'épanouissement de nos diverses communautés dans la foi, l'espoir et l'amour à marcher ensemble».

 

-Jacques Ngol, SJ - Cité du Vatican

 «Alors que nous nous trouvons à un moment crucial de notre monde, nous, les évêques d'Afrique et d'Europe, nous unissons pour cultiver une culture de fraternité» afin de créer «un avenir plus harmonieux et prospère». C’est ce qui ressort du communiqué, rendu public par les évêques délégués du symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM) et du conseil des conférences épiscopales d’Europe (CCEE), réunis du 23 au 26 janvier 2024 en séminaire à Nairobi au Kenya. À l’issue de cette rencontre, les prélats de deux continents ont produit un communiqué final à travers lequel ils ont soulevé quelques sujets. Les évêques appellent à plus de coopération entres les églises d’Afrique et celles d’Europe pour relever les défis majeurs auxquels est confronté notre monde dans l’esprit synodal.

 Un monde face à l’instabilité

«Nous reconnaissons les changements profonds et l'instabilité croissante dans notre monde, y compris les conflits en Afrique, en Europe et au Moyen-Orient», ont relevé les évêques. À ces changements et cette instabilité, s’ajoute «une augmentation de la violence contre les chrétiens et la misère causée par l'injustice mondiale et la mauvaise gouvernance». Pour les délégués du SEAM et du CCEE, au milieu de ces défis alarmants, «notre foi dans le Seigneur ressuscité reste inébranlable». Le Christ est celui qui nous apporte la paix et l'espoir, offrant un phare de lumière et de certitude au milieu de la tourmente et de l'incertitude qui caractérisent notre époque.

 Se prononçant sur le chemin synodal les évêques ont reconnu l’importance de ce changement qui vise à «aligner l'Église sur les défis du 21ème siècle». Ce chemin de réforme engagé par l’Église ont-ils rappelé «préconise la décentralisation, une collaboration accrue avec les évêques, et répond aux divers besoins culturels et pastoraux, en particulier ceux pertinents pour l'Afrique». C’est un changement de paradigme qui marque une «nouvelle ère pour la curie, se concentrant sur le service et incarnant la vision d'une Église synodale, enracinée dans la communion, la participation et la mission», ont-ils poursuivi.

 Un regard sur le déroulement du synode sur la synodalité

Faisant un retour sur le déroulement de la première session des travaux du synode sur la synodalité, les responsables religieux ont fait savoir qu'ils embrassent «les perspectives européennes et africaines: l'identité ecclésiale diverse de l'Europe favorise un voyage ecclésial profondément à l'écoute et discernant, mettant en lumière la transparence et le dialogue, tandis que les aspects culturels et sociétaux spécifiques de l'Afrique mettent l'accent sur les valeurs communautaires et l'inclusivité». Dans ce sens, ils ont assuré attendre avec impatience la deuxième phase qui aura lieu en octobre 2024, cette session qui sera une occasion pour «approfondir notre relation et mettre en œuvre des actions concrètes qui reflètent notre unité en Christ».

 En terme de propositions, les évêques membres du SCEAM et du CCEE ont affirmé leur désir de bénéficier de part et d’autres d’un «échange sain, missionnaire et pastoral entre les conférences de l'Europe et de l'Afrique». Ceci vise une intégration des valeurs telles que «l'esprit communautaire et la famille dans la vie paroissiale». En outre, ils préconisent un «programme d'échange de prêtres sain entre nos continents». Cette collaboration, ont-ils justifié, «s'étendra à la formation et au discernement communautaire, menée dans un esprit d'humilité et de respect mutuel entre nos Églises».

 Une attention aux jeunes

Enfin, le communiqué a souligné une attention particulière que proposent les évêques du SCEAM et du CCEE «aux voix et aux contributions des jeunes dans un monde de plus en plus numérisé». Ils ont par ailleurs affirmé «la nécessité de leur implication active dans la vie et la mission de l'Église», reconnaissant «leurs perspectives uniques et leur énergie». Pour eux, en écoutant attentivement les expériences et les idées de ces jeunes, tout en les guidant dans la foi, «nous nous engageons à une compréhension et une réponse plus profonde à leurs besoins».

 Vatican News

 Image

 

mercoledì 24 gennaio 2024

WORLD DAY OF SOCIAL COMMUNICATION


Communications 

Day message: 


AI can never replace

 wisdom 

of human heart


In his message for the 58th World Day of Social

 Communications, Pope Francis urges humanity to cultivate

 wisdom of the heart in the age of artificial intelligence.

 

By Francesca Merlo

 Pope Francis has released his message for the 2024 World Day of Social Communications, focusing on the theme: Artificial Intelligence and the Wisdom of the Heart: Towards a Fully Human Communication.

Celebrated on 12 May, this year's theme is closely linked to the Pope’s message for the World Day of Peace, which was devoted to the development of systems of artificial intelligence (AI).

AI is “radically affecting the world of information and communication, and through it, certain foundations of life in society,” says the Pope in his Communications Day message, adding that “these changes affect everyone.”

So, the Pope asks, “how can we remain fully human and guide this cultural transformation to serve a good purpose?”

Starting with the heart

In answering this question, the Holy Father notes that “at this time in history, which risks becoming rich in technology and poor in humanity, our reflections must begin with the human heart.”

He recalls that, in the Bible, the heart is seen as the place of freedom and decision-making, "symbolising integrity and unity, while also engaging our emotions, desires, and dreams."

But, he continues, the heart is, above all, “the inward place of our encounter with God."

“Wisdom of the heart, then, is the virtue that enables us to integrate the whole and its parts, our decisions and their consequences, our nobility and our vulnerability, our past and our future, our individuality and our membership within a larger community," says the Pope.

Opportunity and danger

The Holy Father goes on to stress that such wisdom cannot be sought from machines.

Although the term "artificial intelligence" has replaced the term "machine learning," he said, “the very use of the word 'intelligence' can prove misleading."

The Pope explained that it is not enough to be able to store data, like machines do, but that this data must be made sense of, and “human beings alone” are capable of this.

“Depending on the inclination of the heart, everything within our reach becomes either an opportunity or a threat,” warns the Pope.

He notes that the technology of simulation behind AI algorithms can be useful in certain specific fields.

However, he adds, the use of AI becomes “perverse when it distorts our relationship with others and with reality.”

In fact, it is extremely important to know that in the wrong hands, such tools could lead to “disturbing scenarios.”

Artificial Intelligence must be regulated, asserts Pope Francis, acknowledging that, as in every human context, “regulation is, of itself, not sufficient.”

Growth in humanity

Pope Francis then invites everyone to grow together, “in humanity and as humanity,” recalling that we are all challenged to make a qualitative leap in order to become “a complex, multiethnic, pluralistic, multireligious, and multicultural society.”

Speaking of information, the Holy Father warns that “information cannot be separated from living relationships.”

He explains that relationships involve the body and an immersion into the real world, but that they also involve human experiences, "compassion, and sharing.”

With this in mind, Pope Francis refers to the many reporters who have been injured or killed in the line of duty as they attempted to show the world what they themselves had seen.

“For only by such direct contact with the suffering of children, women, and men can we come to appreciate the absurdity of war," says the Pope.

Questions for today and for the future

Bringing his message for World Communications Day to a close, Pope Francis recalls that “it is up to us to decide whether we will become fodder for algorithms or will nourish our hearts with that freedom without which we cannot grow in wisdom.”

Only together, he concludes, can we increase our capacity for discernment and vigilance and for seeing things in the light of their fulfilment.

Pope Francis then prays that humanity may never lose its bearings, and that the wisdom that was present before all modern technology may return to us.

Wisdom, says the Pope, can help us “to put systems of artificial intelligence at the service of a fully human communication.”

 

Pape François: utiliser la sagesse du cœur pour une communication pleinement humaine

 Orientar la inteligencia artificial a una comunicación humana

 

AR - DE - EN - ES - FR - IT - PL - PT

 

Vatican News