lunedì 31 dicembre 2018

Pope Francis: ARTISAN OF PEACE - ARTESANOZ DE LA PAZ - GESTALTER DES FRIEDENS - ARTISAN DE PAIX - ARTIGIANI DELLA PACE

MESSAGE OF HIS HOLINESS POPE FRANCIS FOR THE CELEBRATION 
OF THE 52nd WORLD DAY OF PEACE


AR  - DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PL  - PT ]

" .... Ognuno può apportare la propria pietra alla costruzione della casa comune. La vita politica autentica, che si fonda sul diritto e su un dialogo leale tra i soggetti, si rinnova con la convinzione che ogni donna, ogni uomo e ogni generazione racchiudono in sé una promessa che può sprigionare nuove energie relazionali, intellettuali, culturali e spirituali. Una tale fiducia non è mai facile da vivere perché le relazioni umane sono complesse. In particolare, viviamo in questi tempi in un clima di sfiducia che si radica nella paura dell’altro o dell’estraneo, nell’ansia di perdere i propri vantaggi, e si manifesta purtroppo anche a livello politico, attraverso atteggiamenti di chiusura o nazionalismi che mettono in discussione quella fraternità di cui il nostro mondo globalizzato ha tanto bisogno. Oggi più che mai, le nostre società necessitano di “artigiani della pace” che possano essere messaggeri e testimoni autentici di Dio Padre che vuole il bene e la felicità della famiglia umana..... "

" .... Everyone can contribute his or her stone to help build the common home. Authentic political life, grounded in law and in frank and fair relations between individuals, experiences renewal whenever we are convinced that every woman, man and generation brings the promise of new relational, intellectual, cultural and spiritual energies. That kind of trust is never easy to achieve, because human relations are complex, especially in our own times, marked by a climate of mistrust rooted in the fear of others or of strangers, or anxiety about one’s personal security. Sadly, it is also seen at the political level, in attitudes of rejection or forms of nationalism that call into question the fraternity of which our globalized world has such great need. Today more than ever, our societies need “artisans of peace” who can be messengers and authentic witnesses of God the Father, who wills the good and the happiness of the human family..... "

" ....Cada uno puede aportar su propia piedra para la construcción de la casa común. La auténtica vida política, fundada en el derecho y en un diálogo leal entre los protagonistas, se renueva con la convicción de que cada mujer, cada hombre y cada generación encierran en sí mismos una promesa que puede liberar nuevas energías relacionales, intelectuales, culturales y espirituales. Una confianza de ese tipo nunca es fácil de realizar porque las relaciones humanas son complejas. En particular, vivimos en estos tiempos en un clima de desconfianza que echa sus raíces en el miedo al otro o al extraño, en la ansiedad de perder beneficios personales y, lamentablemente, se manifiesta también a nivel político, a través de actitudes de clausura o nacionalismos que ponen en cuestión la fraternidad que tanto necesita nuestro mundo globalizado. Hoy más que nunca, nuestras sociedades necesitan “artesanos de la paz” que puedan ser auténticos mensajeros y testigos de Dios Padre que quiere el bien y la felicidad de la familia humana..... "

" ....  Chacun peut apporter sa pierre à la construction de la maison commune. La vie politique authentique, qui se fonde sur le droit et sur un dialogue loyal entre les personnes, se renouvelle avec la conviction que chaque femme, chaque homme et chaque génération portent en eux une promesse qui peut libérer de nouvelles énergies relationnelles, intellectuelles, culturelles et spirituelles. Une telle confiance n’est jamais facile à vivre, car les relations humaines sont complexes. En particulier, nous vivons ces temps-ci dans un climat de méfiance qui s’enracine dans la peur de l’autre ou de l’étranger, dans l’angoisse de perdre ses propres avantages, et qui se manifeste malheureusement aussi, au niveau politique, par des attitudes de fermeture ou des nationalismes qui remettent en cause cette fraternité dont notre monde globalisé a tant besoin. Aujourd’hui plus que jamais, nos sociétés ont besoin d’‘‘artisans de paix’’ qui puissent être des messagers et des témoins authentiques du Dieu Père, qui veut le bien et le bonheur de la famille humaine..... "  

" .... Jeder kann mit seinem eigenen Stein einen Beitrag zum Bau des gemeinsamen Hauses erbringen. Echte Politik, die sich auf Recht und ehrlichen Dialog zwischen den Personen gründet, entsteht immer neu aus der Überzeugung heraus, dass mit jeder Frau, jedem Mann und jeder Generation die Hoffnung auf neue relationale, intellektuelle, kulturelle und spirituelle Möglichkeiten verbunden ist. Ein solches Vertrauen ist nie einfach, denn menschliche Beziehungen sind komplex. So leben wir momentan in einem Klima des Misstrauens, das in der Angst vor dem anderen oder Fremden, in der Angst vor dem Verlust der eigenen Vorteile wurzelt und sich leider auch auf politischer Ebene durch eine Haltung der Abschottung oder des Nationalismus manifestiert, die jene Brüderlichkeit in Frage stellen, die unsere globalisierte Welt so dringend braucht. Unsere Gesellschaften brauchen heute mehr denn je „Gestalter des Friedens“, die authentische Botschafter und Zeugen Gottes des Vaters sein können, der das Wohl und das Glück der Menschheitsfamilie will...... "




domenica 30 dicembre 2018

BURUNDI - FORMATION DES ENSEIGNANTS

LES ENSEIGNANTS CHRETIENS COMME TEMOINS DE JESUS CHRIST
27-30 Décembre 2018







Voici les sujets discutés par les groupes:
1:La non violence et la gestion pacifique des conflits
2:Les droits humains dans la perspective biblique
3 Les élections et les valeurs démocratiques
4:Attitude d'un chrétien en situation de conflits
5:Les actions à mener pour la protection de l'environnement
6:Le rôle d'un enseignant chrétien comme témoin de Jésus Christ.


R. CONGO - EQUIPES DES ENSEIGNANTES


DIOCESE D'IMPFONDO - Animation d'une session  des Équipes Enseignantes. 
26-30 décembre 2018



mercoledì 26 dicembre 2018

KATHOLISCHE BILDUNG - VkdL



ONG UNESCO - LA SCIENCE BIEN COMMUN DE L'HUMANITE' -SCIENCE A COMMON GOOD OF HUMANITY

10e Forum International de la Science par les ONG partenaires officiels de l’UNESCO


« La Science bien commun de l’humanité »

En présence de 500 personnes, sous l’égide de l’Académie Russe des Sciences, de la Fondation russe pour la Paix et du Comité de Liaison ONG de l’UNESCO, le forum a présenté 25 Ateliers permettant à plus de 150 scientifiques russes et étrangers de s’exprimer sur plusieurs thèmes d’avenir.


Voici un aperçu des messages et principales idées débattues sur les 2 thèmes suivants :
Responsabilité sociale de la science pour les générations futuresL’humanité dans le monde moderne du XXIème siècle.



domenica 23 dicembre 2018

MERRY CHRISTMAS - MESSAGE DE NOEL - Le Christ, lumière qui éclaire tout homme

MESSAGE 

DE L'ASSISTENT ECCLESIASTIQUE

DE L'UMEC-WUCT

EN - ES - FR - IT

Noël 2018

    « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ». La lecture du prophète Isaïe proclamée  en la nuit de Noël,  renvoie à l’époque troublée du 8ème
Siècle. Relativisant les  commandements de  Dieu, le  Peuple  a  laissé se creuser l’écart entre riches et pauvres. Et face à la montée en puissance des pays voisins,  le  roi  accepta  des  alliances  avec  eux  au  détriment  du bien spirituel  et culturel de son peuple. A près de 3000 ans de distance, cette situation rejoint celle de notre société et du monde actuel avec ses tensions sociales et ses peurs face à l’avenir de la planète.
    Le  prophète  y  annonce  une  grande  lumière,  celle  de  la  fidélité  de  Dieu  à  sa création et à son projet de salut. Dieu  ne laissera  pas  l’univers qu’il a créé  par amour,  retomber dans le néant ;  bien plus, il rétablira l’alliance  avec l’humanité en prise avec le  mal et la mort pour la faire entrer dans la lumière de la vie et de la  joie éternelles.  Son  Fils  Jésus né de la  Vierge  Marie  et  mort  en  croix  a  été victorieux du mal et de la mort et a ainsi scellé l’alliance définitive entre Dieu et l’humanité. Ressuscité, il nous y maintient du début à la fin de notre vie sur terre.
     La fête de Noël veut  éveiller notre conscience à la responsabilité par rapport à toute vie, même la plus fragile et la plus pauvre.  Seul l’engagement pour la vie reçue  comme  don  de  Dieu  garantit  un  monde  plus  respectueux  des  personnes humaines et de l’ensemble de la création. Sans le service inconditionnel de la vie, il n’y a pas de véritable justice entre les hommes, ni de gestion respectueuse de la création.
     Le Christ, le Verbe fait chair, continue d’habiter parmi nous; le Christ, Lumière de  Dieu,  continue  d’éclairer les  hommes.  Sommes-nous  disposés  à l’accueillir dans  la  prière  et  les  sacrements ?  
      La  crèche  et  les  bougies  allumées  dans  nos maisons et nos églises sont une invitation à renouer avec une prière simple et confiante  en  Dieu.  Sommes-nous  prêts  à  témoigner  de  sa  présence  par  une attention  aux pauvres et aux petits ? Nous  pourrions  déjà commencer par  vivre selon l’esprit de pardon et de paix dans nos familles et nos communautés.
Saintes fêtes de Noël ! Dans la joie d’accueillir la lumière du Christ !
+ Vincent Dollmann  
Archevêque de Cambrai

CHRISTMAS - NATALE: TO BE HOLY TO BE HAPPY - ESSERE SANTI PER ESSERE FELICI

EN  - IT ]

Pope Francis: “ ….. Christmas is a quintessential joyous feast, but we often realize that people, and perhaps ourselves, are caught up in many things and in the end there is no joy, or, if there is, it is very superficial. Why?
I was reminded of that expression by the French writer Léon Bloy: “the only great tragedy in life, is not to become a saint” (The Woman Who was Poor, see Apostolic Exhortation Gaudete et exsultate, 34). Therefore, the opposite of sadness, that is, joy, is linked to being saints. As is the joy of Christmas. Being good, at least having the desire to be good.
Let us look at the Nativity scene. Who is happy, in the Nativity? I would like to ask you children, who love to look at the little figures ... and maybe even move them a bit, putting them in different places, angering their dad, who arranged them with such care!
So who is happy in the Nativity scene? Our Lady and Saint Joseph are full of joy: they look at the Child Jesus and they are happy because, after a thousand worries, they have accepted this gift of God, with so much faith and so much love. They are “overflowing” with holiness and therefore with joy. And you will tell me: of course! They are Our Lady and Saint Joseph! Yes, but let us not think it was easy for them: saints are not born, they become thus, and this is true for them too.
Then, the shepherds are full of joy. The shepherds too are holy, certainly, because they responded to the announcement of the angels, they immediately rushed to the stable and they recognized the sign of the Child in the manger. It was not obvious. In particular, in Nativity displays there is often a young shepherd, who looks towards the scene with a dreamy, enchanted air: that shepherd expresses the astonished joy of those who welcome the mystery of Jesus with a child’s spirit. This is a trait of holiness: to preserve the capacity to be amazed, to wonder at the gifts of God, His “surprises”, and the greatest gift, the ever new surprise is Jesus. The great surprise is God!
Then, in some Nativities, the bigger ones, with so many characters, there are the trades: the cobbler, the water trapper, the blacksmith, the baker ... and so on and so forth. And everyone is happy. Why? Because they are “infected” by the joy of the event in which they participate, that is, the birth of Jesus. So their work is also sanctified by the presence of Jesus, by His coming among us.
And this also makes us think of our work. Of course, working always has an element of fatigue, this is normal. But in my homeland I knew someone who never stopped working: he pretended to work, but he didn’t work. He didn’t make an effort, you understand! But if each person reflects a little of Jesus’ holiness, it takes very little, a small ray – a smile, a little attention, a courtesy, an apology – then the whole work environment becomes more “breathable”, does it not? The heavy atmosphere that sometimes we men and women create with our arrogance, closures and prejudices is alleviated, and work improves, producing more fruit.
There is something that makes us sad in work and sickens the work environment: it is gossip. Please, do not speak badly of others, do not gossip. “Yes, but I don’t like that person, and that one…”. Look, pray for him, but do not speak badly of him, please, because this destroys: it destroys friendship, spontaneity. And criticising this person or that one. Look, it is better to be silent. If you have something against him, go and tell him directly. But do not speak badly of him. “Ah, Father, it comes naturally to gossip…”. But there is a good medicine for not gossiping, I will tell you: biting your tongue. When the wish comes, bite your tongue and in that way you will not gossip.
Even in the workplace there is “the holiness next door” (see Gaudete et exsultate, 6-9). Even here in the Vatican, of course, I can testify to this. I know some of you who are an example of life: they work for the family, and always with that smile, with that healthy, beautiful industriousness. Sanctity is possible. It is possible. This is now my sixth Christmas as Bishop of Rome, and I must say that I have known several saints who work here. Saints who live their Christian life well, and if they do something bad they apologize. But they go ahead, with the family. One can live in this way. It is a grace, and it is so beautiful. Usually they are people who are not show off; simple, modest people, but who do so much good in their work and in relationships with others. And they are joyful people; not because they always laugh, no, but because they have a great serenity inside and know how to transmit it to others. And where does that serenity come from? Always from him, Jesus, the God-with-us. He is the source of our joy, both personal and family, both at work.
So my wish is this: to be holy, to be happy. But not picture-postcard saints! Normal saints. Saints in flesh and blood, with our character, our faults, even our sins – let us ask for forgiveness and go ahead – but ready to let ourselves be “infected” by Jesus’ presence in our midst, ready to come to Him, like the shepherds, to see this Event, this incredible sign that God has given us. “I bring you good news that will cause great joy for all the people” (Lk 2: 10). Will we go see Him? Or will we be occupied with things?
Dear brothers and sisters, let us not be afraid of holiness. I assure you, it is the path of joy. Merry Christmas to all!




sabato 15 dicembre 2018

LA PRECARITE DES ENSEIGNANTS EN CENTRAFRIQUE

La République Centrafricaine, pays situé au cœur de l’Afrique, est  une ancienne colonie française qui a obtenu son indépendance depuis le 13 Août 1960. Après le départ des colons, quelques fils du pays nantis d’instruction, héritage de la colonisation, ont numériquement remplacé les blancs. Mais le pays a un besoin ardent des intellectuels. C’est ainsi que les premiers meilleurs cadres bien formés étaient recrutés comme enseignants. De même, à cette époque, certains enseignants avaient aussi occupé des postes très importants dans l’Administration.
Est-ce que ces enseignants continuent de préserver leur privilège comme auparavant ? Enseigner signifie quoi ?
         Enseigner vient du latin : « Insignare » qui signifie transmettre des connaissances à autrui. Transmettre des connaissances à autrui nécessite beaucoup de vertus telles que la maîtrise de soi, la pédagogie, la psychologie, etc.  De ce fait, enseigner est un art très délicat que seulement une personne avertie en la matière pourra l’exercer. Depuis l’antiquité, jusqu’à nos jours, ceux qui ont la compétence de transmettre des connaissances sont appelés « Enseignants ». Du temps jadis, ils étaient des personnes nobles, craintes et respectées. Aussi les appelait-on : «Maîtres ». Jésus était un enseignant par excellence. Ainsi ses apôtres l’appelaient « Rabbi » c’est-à-dire « Maître   ".
        Comme partout ailleurs, en République Centrafricaine, il y a des hommes et des femmes qui ont
opté pour ce métier. L’enseignant du public est d’abord un fonctionnaire intégré dans la Fonction Publique, qui a ses devoirs vis-à-vis de l’Etat et aussi il a ses droits. Nous dirions même plus de devoirs parce que ce « Distributeur de connaissances » a l’obligation d’éduquer et de former la jeunesse qui est l’avenir d’une nation. Pour ce faire, il doit se dévouer pour que son enseignement atteigne le but et le dynamisme, ce qui fournira à notre pays des cadres adéquats pour son développement. En compensation, le pays par le biais de l’organe étatique a également l’obligation de reconnaître à l’enseignant ses droits comme tout autre fonctionnaire. Quelles sont les conditions de travail de l’enseignant centrafricain ? Comme le titre de cet article l’indique, elles sont précaires.
           En effet, depuis les Etats généraux de l’enseignement qui se sont tenus en 1996 et dont le but est d’améliorer les conditions de travail des enseignants centrafricains jusqu’à nos jours, bon nombre de recommandations et de résolutions sont restées lettres mortes, oubliées dans les tiroirs de nos dirigeants qui ont la charge de leurs applications.
         Dans les années 60 jusqu’au début des années 70, on payait aux enseignants les primes de rendement pendant les vacances. Mais tout cela a été supprimé. Les frais d’installation des jeunes enseignants seront également supprimés. Les statuts particuliers spécialement pour certains corps seront reconnus, mais ceux des enseignants classés. Pire encore, les primes de départ à la retraite sont payées aux autres fonctionnaires et non aux enseignants.
         L’enseignant centrafricain, qui jadis, était le miroir de la jeunesse et même de la communauté toute entière ne l’est plus aujourd’hui. Il est réduit à l’état de misère et de pauvreté sans pareilles. En comparaison avec les fonctionnaires des autres catégories, et relevant d’autres départements ministériels, les enseignants sont les plus défavorisés du point de vue du bien-être. C’est ainsi que cette vie précaire qui n’a connu aucune amélioration depuis des décennies aggravée par la dévaluation du franc CFA, les flambées de prix renforcées par les crises politico-militaires et les crises financières internationales, tout cela sans mesure d’accompagnement, a plongé les enseignants centrafricains dans une situation exécrable matériellement, financièrement et socialement. Eu égard à ce qui précède, certains enseignants se sont livrés à des comportements rétrogrades tels que : rackettage, vente des polycopes, marchandage des notes, etc.
         Par ailleurs, les quelques courageux qui se sont inscrits à l’université avec l’espoir de se faire reclasser plus tard à l’issue de leurs formations, se sont vus léser. La plupart n’ayant pas de maison personnelle sont astreints à louer après vingt (20) ans de service. L’enseignant centrafricain qui est le bâtisseur numéro un de la nation est un laisser pour compte quand il est malade. Sa prise en charge sanitaire ne préoccupe aucunement les chefs hiérarchiques. Un enseignant se serait écroulé devant les élèves par la suite, il semblerait que ce dernier n’avait pas mangé depuis deux (02) jours.
         Ceci démontre à suffisance que l’enseignant qui a un salaire de misère aussi bien que l’enfant du centrafricain le plus démuni ne sont pas épargnés de la malnutrition. 
       Pour se rendre au lieu de leur travail, rares sont ceux qui ont un moyen de déplacement et ceux qui sont capables d’assurer leur transport avec leurs faibles indemnités de compensation. Les enseignants affectés dans des communes et des villages les plus reculés sont purement et simplement confondus aux paysans, parfois ils sont oubliés par leurs chefs hiérarchiques, qui eux aussi, n’ont pas de véhicule pour les tournées, les visites pédagogiques. Pour ce qui est du matériel didactique, ceci est quasiment inexistant. Les structures d’accueil sont très insuffisantes et délabrés d’où pléthore d’effectif d’élèves rendant les démarches pédagogiques difficiles.
       Compte tenu de la situation précaire des enseignants décrite, il n’est donc pas surprenant que certains s’en aillent coûte que coûte à la mutation, au reversement dans d’autres corps, cherchant des nominations politiques ou demandant une mise en disponibilité pour s’orienter ailleurs. Le DVA illustre bien nos propos par le départ massif des enseignants techniquement compétents de tout ordre d’enseignement. Ce fait a engendré un manque d’enseignants compétents laissant la main libre aux vacataires et aux « maîtres-parents » entrainant une baisse de niveaux, etc.
A la vue de cette dégradation des enseignants centrafricains, il est important que notre gouvernement révise la situation des nôtres à l’instar des autres pays africains qui ont déjà amélioré les conditions de travail des leurs. Malgré le déblocage des salaires, les ouvertures des comptes bancaires avec accès aux crédits, les paiements de quelques mois d’arriérées, l’intégration de quelques jeunes enseignants dans la Fonction Publique, cela ne suffit pas car beaucoup reste à faire afin que les enseignants centrafricains puissent atteindre le diapason de la mondialisation pour que décolle la République Centrafricaine.
                                                                                                       MANDATI Laurent Sadrick

                                                                                       des Equipes Enseignantes de Centrafrique
Voir: EECO - Buletin - décembre

giovedì 13 dicembre 2018

GOOD NEWS - DECEMBER 2018

EN ES FR IT PT

UNESCO. LA CULTURE DANS LA RECONSTRUTION ET LE RELEVEMENT DES VILLES

Dans les dernières année, plusieurs villes autour de la planet ont connu des bouleversement causé par raisonnes naturelles ainsi que par consequence des actions humaines au détriment des populations et de leur patrimoine culturel.
Ce document propose un cadre pour la Culture dans la reconstruction et le relèvement des villes (CURE), en soulignant l’importance du rôle de la culture pour augmenter la résilience et faciliter la réconciliationdes communautés frappé par une crise, au niveau social et économique.
Les lignes guide présentées dans ce document s’inspirent au Programme de développement durable à l’horizon 2030 et du Nouveau Programme pour les villes.


Voir le rapport :
Voir les autres rapports publiés par l’UNESCO : https://www.assau.org/publications

DOCUMENT(S)

 


mercoledì 12 dicembre 2018

AUTHENTIC RELIGIOUS EDUCATION: A QUESTION OF LANGUAGE?

Authentic Religious Education: A Question of Language?


School of Education, University of Glasgow, Glasgow G83 0AT, UK
Published: 6 December 2018
(This article belongs to the Special Issue Reenvisioning Religious Education)
 Full-Text   |    PDF [242 KB, uploaded 7 December 2018]

Abstract

          There is much emphasis today on inclusion and diversity in educational systems. As the place of religious belief remains a significant factor in such debates, there is a need for shared understanding of the language and purpose of Religious Education in schools. Given the substantial international footprint of Catholic schools, the conceptual framework of Religious Education in Catholic schools merits serious scrutiny. The Catholic Church’s written teaching on education has a strong focus on the contemporary school as a site of intercultural dialogue. The related teaching on Religious Education in schools, however, remains underdeveloped, with strong voices debating the desirability, or otherwise, of a strong focus on ‘faith formation and practice’ as an outcome of Religious Education.                    Problematically, terms like ‘Religious Education’ have inconsistent translations in the official documents of the Catholic Church, leading to a plurality of understandings internationally of the ultimate aim of the subject. A presentation of the linguistic inconsistency between English and Italian translations of documents of the Holy See reveals the scale of the challenge. 
     This unsatisfactory arrangement needs reform. Rooted in a close critical study of Catholic teaching on education, the article presents two arguments designed to initiate the reform process: (a) the Catholic Church’s settled teaching on Religious Education must develop greater internal cohesion before it can make a meaningful contribution to intercultural dialogue, and (b) an International Directory of Religious Education, written collegially by qualified lay people and clergy, will build stronger foundations for shared understanding of the aims and scope of Religious Education among key stakeholders in Catholic schools. 
       This shift in direction will harmonise Religious Education expectations in Catholic schools, and offer firmer ground for dialogue with those who manage and teach Religious Education in so-called ‘non-denominational’ schools. View Full-Text
This is an open access article distributed under the Creative Commons Attribution License which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited (CC BY 4.0).

lunedì 10 dicembre 2018

LOS DERECHOS HUMANOS EN EL MUNDO CONTEMPORÁNEO: CONQUISTAS, OMISIONES, NEGACIONES"

 
                                                                                                                                                                                [ 
ES  - IT ]

Papa Francisco: " ....... Me complace enviar un cordial saludo a todos vosotros, representantes de los Estados ante la Santa Sede, de las instituciones de las Naciones Unidas, del Consejo de Europa, de las Comisiones Episcopales de Justicia y Paz y de las de pastoral social, del mundo académico y de las organizaciones de la sociedad civil, reunidos en Roma para la Conferencia Internacional sobre el tema “Los derechos humanos en el mundo contemporáneo: conquistas, omisiones, negaciones”, organizada por el Dicasterio para el Servicio del Desarrollo Humano Integral y por la Pontificia Universidad Gregoriana, con motivo del 70 aniversario de la Declaración Universal de los Derechos Humanos y del 25 aniversario de la Declaración y del Programa de Acción de Viena.
A través de estos dos documentos, la familia de las Naciones quería reconocer la igual dignidad de cada persona humana[1], de la cual se derivan derechos y libertades fundamentales que, por estar enraizados en la naturaleza de la persona humana —una unidad inseparable de cuerpo y alma—, son universales, indivisibles, interdependientes e interconectados[2]. Al mismo tiempo, en la Declaración de 1948 se reconoce que “toda persona tiene deberes respecto a la comunidad, puesto que solo en ella puede desarrollar libre y plenamente su personalidad”[3].
En el año en que se celebran aniversarios significativos de estos instrumentos jurídicos internacionales, resulta oportuna una reflexión profunda sobre los fundamentos y el respeto por los derechos humanos en el mundo contemporáneo, una reflexión que espero sea premisa de un compromiso renovado en favor de la defensa de la dignidad humana , con una atención especial por los miembros más vulnerables de la comunidad.
En efecto, observando con atención nuestras sociedades contemporáneas, encontramos numerosas contradicciones que nos llevan a preguntarnos si verdaderamente la igual dignidad de todos los seres humanos, proclamada solemnemente hace 70 años, sea reconocida, respetada, protegida y promovida en todas las circunstancias. En el mundo de hoy persisten numerosas formas de injusticia, nutridas por visiones antropológicas reductivas y por un modelo económico basado en las ganancias, que no duda en explotar, descartar e incluso matar al hombre[4]. Mientras una parte de la humanidad vive en opulencia, otra parte ve su propia dignidad desconocida, despreciada o pisoteada y sus derechos fundamentales ignorados o violados.
Pienso, entre otras cosas, en los niños por nacer a quienes se les niega el derecho a venir al mundo; en aquellos que no tienen acceso a los medios indispensables para una vida digna[5]; en aquellos que están excluidos de la educación adecuada; en quien está injustamente privado de trabajo o forzado a trabajar como esclavo; a quienes están detenidos en condiciones inhumanas, a quienes son sometidos a torturas o a quienes se les niega la oportunidad de redimirse[6], a las víctimas de desapariciones forzadas y sus familias.
Mis pensamientos también se dirigen a todos aquellos que viven en un clima dominado por la sospecha y el desprecio, que son objeto de actos de intolerancia, discriminación y violencia debido a su pertenencia racial, étnica, nacional o religiosa[7].
Finalmente, no puedo dejar de recordar a cuantas personas sufren violaciones múltiples de sus derechos fundamentales en el contexto trágico de los conflictos armados, mientras los mercaderes de muerte sin escrúpulos[8] se enriquecen al precio de la sangre de sus hermanos y hermanas.
Ante estos graves fenómenos, todos somos cuestionados. De hecho, cuando se violan los derechos fundamentales, o cuando se favorecen algunos en detrimento de otros, o cuando se garantizan solo a ciertos grupos, se producen graves injusticias, que a su vez alimentan los conflictos con graves consecuencias tanto dentro de las naciones como en las relaciones entre ellas.
Por lo tanto, cada uno está llamado a contribuir con coraje y determinación, en la especificidad de su papel, a respetar los derechos fundamentales de cada persona, especialmente de las “invisibles”: de los muchos que tienen hambre y sed, que están desnudos, enfermos, son extranjeros o están detenidos. (cfr Mt 25,35-36), que viven en los márgenes de la sociedad o son descartados.
Esta necesidad de justicia y solidaridad tiene un significado especial para nosotros los cristianos, porque el Evangelio mismo nos invita a dirigir la mirada a los más pequeños de nuestros hermanos y hermanas, a movernos a la compasión (cf. Mt 14,14) y a trabajar arduamente para aliviar sus sufrimientos
Deseo, en esta ocasión, dirigir un llamamiento sincero a aquellos con responsabilidades institucionales, pidiéndoles que coloquen a los derechos humanos en el centro de todas las políticas, incluidas las de cooperación para el desarrollo, incluso cuando esto signifique ir contra la corriente.
Con la esperanza de que estos días de reflexión puedan despertar la conciencia e inspirar iniciativas destinadas a proteger y promover la dignidad humana, confío a cada uno de vosotros, a vuestras familias y a vuestros pueblos, a la intercesión de María Santísima, Reina de la Paz, e invoco sobre todos la abundancia de bendiciones divinas.
En el Vaticano, 10 de diciembre de 2018.
Francisco



sabato 8 dicembre 2018

EDUCATION AU BURUNDI

 Situation géographique
                       Situé au Sud de l’équateur, le Burundi est limité au Nord par le Rwanda, à l’est et au Sud par la Tanzanie, à l’Ouest par la  République Démocratique du Congo. 
                       Le BURUNDI s’étend   sur 27 834 km avec une population 11 millions  le taux de natalité est de 43, 87% croissance démographique est de 2 ,40%

L’éducation au BURUNDI
                       Il n y a pas longtemps que le Ministére de l’éducation  a été scindé en deux
1) Ministère de l’éducation, de la formation technique et professionnelle
2) Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.
                Depuis l’année scolaire 2013 – 2014  Le système éducatif burundais  a débuté une réforme : l’enseignement  fondamental qui compte 9 ans de la scolarisation et 4 cycles. Après la 4ème cycle, un concours est organisé pour les élèves pour qu'ils soient orientés dans les classes post fondamentales. Beaucoup d’écoles techniques ont étés créées  en cette occasion
                       Les écoles sont construites par la population, encouragée par le Président de la République pendant les travaux communautaires ;il leur donne le matériel de construction comme le ciment ,les tôles…
                 La scolarisation des enfants est la préoccupation de toute  personne qui veut le développement de son pays mais les problèmes qui handicapent ce pas déjà franchi ne manque pas .il y a la pauvreté en famille soit le manque du matériel scolaire, la famine qu’il y a un nombre remarquable d’abandons
                       Exemple : dans notre école les enfants de la périphéries un bon nombre d’ élèves se présente en classe sans rien manger ; Il y en a ceux qui passent 2 jours sans rien mettre sous la dent .tu les vois s’évanouir moi j’aide en achetant un Fanta et un petit pain mes collègues font de même dans leurs classes respectives si un cas pareil se présente. Les autres enfants avant de se rendre à l’école  ils circulent dans des quartiers pour mendier de quoi manger.
                       Parlons de l’enseignement supérieur : l’Université du Burundi est le seul à accueillir les étudiants de tous les coins du pays (les loge, les nourrit). Les autres université sont  privés et les étudiants doivent  payer eux memes le logement, la nourriture, le déplacement. Donc les junes des familles pauvres abandonnent et restent chez eux. J’ai pris en charge 3 filles,  2 ont terminé.
Donc certains étudiants des périphéries  regagnent la campagne pour cultiver parce que les parents ne peuvent pas payer les études.
                       Un autre problème le taux de chômage s’accroit;  cela décourage certains enfants à poursuivre les études.
                     
  Le rôle de l’éducateur . Notre association : équipes enseignantes offrent aux membres un cadre de réflexion, d’échanges et d’estime mutuelle, un lieu de conversion et d’engagement, un lieu d’évaluation et de rendez-vous. La vocation d’éducateur et d’éducatrice est exigeante. Ces équipes enseignantes aident quiconque qui veut être digne à donner une éducation équilibrée ; Nous devons être lumière du monde et sel de la terre.
                      
 Ces enseignants viennent  d’être renforcés sur la Non-violence,  la gestion pacifique des conflits et sur la culture de la paix et de la réconciliation selon la doctrine sociale de l’Eglise. Et puis plus de 10000 jeunes élèves seront aussi sensibilisés par ces enseignants. Nous avons déjà fait 3 ateliers. Ces enseignants collaborent avec la hiérarchie ecclésiale et de l’éducation.
      Pour clôturer, nous exprimons nos sincères  gratitudes au comité exécutif d’UMEC qui nous ont invité dans le  Conseil pour partager les expériences sur l’éducation à la périphérie du monde
                                                             
                                                                      NDAYISABA Justine.